Article

Intégration homme-machine : une nouvelle approche pour les entrepôts de la grande distribution

Par Eric Lamphier,
Integrating Man and Machine: A Fresh Approach for Modern Grocery Warehouses

La Supply Chain de la grande distribution est l'une des plus reproductibles, renommées et matures par rapport à l'ensemble des autres secteurs d'activité. Elle maîtrise des processus prévisibles concernant chaque aspect des opérations d'entreposage, où les commerçants doivent négocier des marges bénéficiaires extrêmement faibles. Il n'est pas surprenant dans ces conditions que les acteurs de la grande distribution automatisent de plus en plus leurs entrepôts pour réduire les travaux manuels intensifs et fatiguants de leur main d'œuvre, augmenter leur efficacité de manière globale, et s'assurer que les produits frais arrivent dans les rayons aussi vite que possible.

Les clients se montrent de plus en plus exigeants dans leur choix de produits frais. En 2017, les produits frais représentaient 30,5 pour cent des achats alimentaires. On notait des augmentations majeures des achats de fruits et légumes, de pâtisserie et de charcuterie.[1] Cette exigence des consommateurs impose une pression supplémentaire aux distributeurs qui doivent proposer plus rapidement et en toute transparence des produits frais de la plus haute qualité. De plus, lorsqu'ils doivent également s'adapter au commerce en ligne, il leur faut littéralement fonctionner comme des machines, avec une marge d'erreur très réduite.

Évolution de l'automatisation des centres de distribution

Pour que votre activité fonctionne comme une machine bien huilée, il vous faut automatiser : il n'est donc pas surprenant que les responsables logistiques des grands distributeurs aient récemment augmenté leurs investissements dans l'automatisation afin de favoriser le contrôle de la qualité et la conformité des aliments, et de répondre à des besoins spécialisés, notamment en optimisant le flux des produits dans les environnements à température contrôlée. Toutefois, leurs centres de distribution peuvent se retrouver confrontés à des limites lorsque plusieurs types d'automatisation sont associés. Les équipements de tri, les systèmes de stockage et de récupération automatiques, les convoyeurs et les robots peuvent entrer en conflit entre eux - et avec les employés de l'entrepôt.

Le résultat ? Un gaspillage d'investissements en technologie, une utilisation inefficace de la main d'œuvre et une augmentation des délais de commercialisation de vos produits frais. L'utilisation inefficace de l'automatisation nuit également aux entrepôts qui sont soumises à des contraintes croissantes pour expédier une plus grande diversité de produits afin de répondre aux exigences des clients en magasin et en ligne.

Imaginons par exemple qu'un responsable logistique ait investi dans des systèmes de stockage et de récupération automatiques (ASRS) qui exploitent la robotique industrielle pour assurer un rangement et une récupération hautement efficaces des produits alimentaires, nécessitant un minimum d'interventions. L'ASRS automatise la tâche de l'acheminement des palettes, des cartons ou des bacs d'articles depuis l'entrepôt vers une station de travail occupée par un employé, le tout en maintenant une température constante. Des robots de dépalettisation automatiques peuvent être intégrés pour diviser ces palettes en plus petites unités afin qu'un employé puisse les prélever à la main. Comment ces machines sont-elles automatisées pour fonctionner ensemble dans un tel scénario ? Et comment sont-elles coordonnées efficacement avec les employés ?

Ou encore, comment organise-t-on la charge de travail au sein d'un entrepôt, qui a une organisation automatisée très statique de part la nature des produits manipulés, lorsque des fluctuations brutales de la demande pour certains articles alimentaires saisonniers surviennent ? Pour répondre à ces besoins, une décision humaine créative et en temps réel est nécessaire, de même que de nouveaux emplacements dynamiques. Or, cela peut engendrer un conflit avec cette disposition assez figée.

Les scénarios ci-dessus indiquent clairement le besoin en systèmes de traitement des commandes qui s'intègrent à des sous-systèmes d'automatisation afin de déterminer la prochaine meilleure décision qui permettra d'optimiser l'utilisation des actifs et le débit de l'entrepôt. Lorsqu'on ajoute le facteur de l'e-commerce, la nécessité de recourir à de tels systèmes intégrés devient encore plus évidente : les commerçants doivent en effet en permanence évaluer la priorité des commandes pour garantir des processus de satisfaction rationalisés qui répondent à la demande des consommateurs ou la dépassent et les contrats de niveau de service concernant les produits frais et les commandes individuelles.

Le flux continu des commandes permet aux centres de distribution de la grande distribution de répondre aux exigences du commerce en ligne

S'appuyant sur les atouts de l'efficacité du prélèvement par lots, on utilise souvent des algorithmes de prélèvement par vagues pour organiser le réapprovisionnement des grandes surgaces en palettes et en cartons. Toutefois, des inefficacités surviennent lorsque les commandes imposent des ajustements de dernière minute ou lorsque la main d'œuvre n'est pas utilisée entre deux vagues de préparation. Le prélèvement sans vague fonctionne bien pour la hiérarchisation des commandes e-commerce, en se concentrant sur des commandes uniques et urgentes qui doivent souvent être satisfaites le jour même. Les compétences avancées requises peuvent alors devenir un challenge pour les entrepôts classiques, en particulier pour tout ce qui concerne la manipulation des produits frais et donc périssables.

En utilisant des approches avec et sans vagues de manière simultanées, approche aussi appelé 'Order Streaming', le centre de distribtion peut alors gérer efficacement à la fois le réapprovisionnement des magasins et la préparation des commandes e-commerce avec potentiellement la possibilité de reculer l'heure du cut-off pour ces dernières. Pour faire en sorte que les commandes soient satisfaites aussi efficacement que possible, un système d'exécution d'entrepôt (WES) intégré au WMS permet de maximiser l'utilisation des ressources, quelles qu'elles soient, dans la durée. Cela permet de mêler les processus classiques de ré-assort et ceux plus modernes survenus avec l'avènement du e-commerce pour intégrer efficacement l'homme et la machine et fournir, au consommateur, des produits frais de la plus haute qualité possible aussi rapidement que possible.

---

Par conséquent, même si l'automatisation améliore la vitesse et réduit les coûts variables de main d'œuvre, vous perdez une efficacité précieuse dans certains domaines en utilisant un système qui ne dispose pas de lien transparent entre les outils d'automatisation permettant de connecter toutes les étapes du processus de traitement des commandes. Pour être compétitive, satisfaire la clientèle et maîtriser les coûts, les centres de distribution alimentaires doivent impérativement disposer d'un tel système afin d'affronter la concurrence intense et les exigences toujours croissantes des consommateurs en manière de produits frais.

 

[1] « La transparence alimentaire dynamise la croissance dans les rayons frais. » New Hope Network. Deanna Pogorelc. 11 mai 2018

Respectez la promesse faite à vos clients